Test

jeudi 23 mars 2017

Traversée vers les Marquises (jour 13)

Ce matin, très tôt, en fait tellement tôt qu'il faisait encore noir, nous avons fait le plein de diesel du bateau. Nous avons vidé le contenu de nos 6 bidons; 120 litres, dans le réservoir du bateau. En refaisant nos calculs, on se rend compte qu'on consomme un peu plus qu'on croyait. On pense que c'est probablement dû au fait que, lors du dernier carénage, on a modifié le pas de l'hélice, une MaxProp. Il nous faudra faire attention de ne pas en manquer! C'est pour cela qu'on se dirige maintenant directement sud pour atteindre au plus vite la zone ou se trouvent les vents. Parce qu'en ce moment c'est la grande pétole, une mer d'huile. On a fait à peine une heure de voile les 24 dernières heures.


Heure: 13h00
Position: 03 22,67N 098 27,25W
Cap vrai: 183
Vitesse: 4.8 noeuds (moteur)
Vent apparent: 5 noeuds
Distance parcourue les 24 dernières heures: 119 milles

Comme le moteur tourne, on en profite pour faire fonctionner le désalinisateur et faire un peu de lessive.

La chaleur est vraiment accablante. On a seulement une toute petite brise créée par le déplacement du bateau. C'est pas assez. Et à l'intérieur du bateau, à faire fonctionner le moteur toute la journée comme on le fait, ça commence à être pas mal chaud aussi. Par chance la nuit ça se rafraîchie un peu. On dors quand même bien.
Et concernant la pêche, rien encore!!!

Salutations!
Aline et Luc

mercredi 22 mars 2017

Traversée vers les Marquises (jour 12)

Lorsqu'on passe d'un hémisphère à un autre on croise une zone de convergence. Dans cette zone le ciel est souvent très gris, il y a une houle confuse et des grains fréquents. C'est là ou nous sommes en ce moment. Ici il ne faut pas s'attarder, plus vite on passe cette zone mieux c'est. On n'hésite donc pas à utiliser le moteur lorsque le vent diminue trop. On devrait être sortie de la zone de convergence dans deux jours.

On a navigué à moteur toute la nuit dernière. Ce n'est seulement qu'à 06h00 ce matin que le vent est revenu. On a navigué à voile jusqu'à 12h30 et là, on a encore perdu le vent. C'est tellement plus agréable à voile! Depuis notre départ le 11 mars, on a 38 heures d'utilisation du moteur. Compte tenu des très faibles vents qu'on a eu, ce n'est pas beaucoup. On a été économe justement pour pouvoir se permettre d'utiliser le moteur dans la fameuse zone de convergence.


Heure: 15h10
Position: 01 55,82N 097 32,51W
Cap vrai: 226
Vitesse: 6.1 noeuds (moteur)
Vent apparent: 14 noeuds
Distance parcourue les 24 dernières heures: 119 milles

En ce qui concerne la pêche, c'est toujours zéro. La ligne est à l'eau toute la journée, mais pas une touche. On commence à avoir hâte de manger du poisson! Hier soir pour souper c'était un chili con carne qu'il y avait au menu. Ce soir, je sais pas encore!


Salutations!
Aline et Luc

mardi 21 mars 2017

Traversée vers les Marquises (jour 11)

Ça y est, c'est l'automne! On est dans l'hémisphère sud. Une autre grande étape d'accomplie pour nous. Bien sûr que nous avons célébré! On vient de finir une bonne bouteille de mousseux français. Et comme le veut la tradition, la première gorgée à été pour Neptune! Le reste de la bouteille va nous aider à trouver le sommeil pour notre sieste de l'aprés-midi!

Mais, un mille avant le passage de l'équateur, préçisément à la latitude 00 00,58N, nous avons pris une corde dans les safrans. Il y avait, ici au milieu de nul part, à plus de 250 milles à l'ouest des Galapagos, un filet de pêche attaché à une bouée. Lorsque j'ai vu la bouée, j'ai immédiatement mis le moteur au point neutre et viré sur tribord. La bouée était à 150 pieds de nous sur babord. Nous avons vu une corde flottante et au même moment on s'est rendu compte qu'elle était prise sous le bateau. Tout de suite on a attaché un couteau sur la gafe et avons coupé la corde par l'arrière. Mais il en traînait toujours un bout en arrière. Pas de chance à prendre, il faut aller voir en dessous pour enlever cette corde et surtout s'assurer qu'il n'y a rien de pris sur l'arbre d'élice. Je prends le temps de m'attacher, je met mon masque et je descends dans l'eau. Rien de grave. La corde est seulement prise sur le safran de babord. je la retire facilement. Mais quelle sensation c'est d'être dans l'eau aussi loin de toute terre. En plus l'eau est d'une incroyable clareté et d'un bleu formidable. Je vais pouvoir dire que je me suis baigné à l'équateur! Pas nécessairement par plaisir, mais c'était quand même bien agréable.
On avait deux lignes à pêches à la traînes losrque cet événement c'est produit. On a dû les couper. Chacunes d'elles avaient un beau leurre flambant neuf!!! Dommage!


Heure: 14h14
Position: 00 06,24N 096 32,55W
Cap vrai: 215
Vitesse: 6.5 noeuds
Vent apparent: 14 noeuds
Distance parcourue les 24 dernières heures: 100 milles

Depuis l'événement de la corde dans les safrans, nous avons un très bon vent d'une vingtaine de noeuds au portant. Enfin on fait une belle vitesse. Il faut dire que les dernières 24 heures nous avons fait plus de moteur que de voile. Et c'est tellement plus agréable à voile! Bon aller, faut que j'aille faire ma sieste!


Salutations!
Aline et Luc

lundi 20 mars 2017

Traversée vers les Marquises (jour 10)

Déjà notre dixième journée! C'est fou ce que le temps passe rapidement!
À vol d'oiseaux on est à 2690 milles nautiques des Marquises. Mais comme nous n'allons pas en ligne droite comme l'oiseau, je dirais qu'on a environ 3000 milles à faire avant d'arriver.

Cette nuit on à dû démarrer le moteur. Le vent nous à laisser tomber! Donc de 23h30 jusqu'à 06h00 on a utilisé la voile d'acier! Par la suite on a fait de la belle voile avec un vent de travers jusqu'à 13h30. Depuis ce temps on est à moteur car le vent est tombé encore une fois. Espérons le retrouver bientôt!


Heure: 14h15
Position: 00 42,21N 095 06,23W
Cap vrai: 240
Vitesse: 5.6 noeuds (moteur)
Vent apparent: 4 noeuds
Distance parcourue les 24 dernières heures: 105 milles

On est qu'à quelques milles de l'équateur, vous devriez voir la lune, elle nous fait un sourire. Elle est en forme de U.

Je me pose une question: demain c'est le 21 mars, jour officiel du printemps dans l'hémisphère nord. Est-ce que c'est le jour officiel de l'automne dans l'hémisphère sud? Si oui, comme on traversera l'équateur d'ici quelques jours, ça voudrait dire que cette année on aurait pas eu d'été? Il me semble que ce serait un bon défi pour toi mon frère Guy de trouver la réponse à ma question. J'attends tes commentaires!

Salutations!
Aline et Luc

dimanche 19 mars 2017

Traversée vers les Marquises (jour 9)

Juste avant le coucher du soleil on a été en mesure de bien voir l'île Darwin au loin. On a aussi aperçu, toute petite par contre, l'île Wolf. Même si on ne s'arrête pas, ça fait quand même du bien de voir la terre après plus d'une semaine! La prochaine terre qu'on verra sera celle des Marquises.

Il y a beaucoup d'oiseaux aquatiques qui tournent autour du bateau la nuit. On ne les voit pas toujours mais on les entend. Ils émettent un son très spécial qu'on n'a jamais entendu avant. C'est presque étrange! Des créatures des Galapagos!

Ce matin on a changé d'allure, on est maintenant au près. Hier on filait franc ouest pour passer bien au Nord des Galapagos comme notre guide nous le conseil. Mais aujourd'hui on a repris un cap vers le sud-ouest. Si le vent reste avec nous, on pense traversée l'équateur d'ici une couple de jours.

Heure: 14h15
Position: 01 30.17N 093 33,88W
Cap vrai: 249
Vitesse: 5.5 noeuds
Vent apparent: 7.5 noeuds
Distance parcourue les 24 dernières heures: 132 milles

Un gros poisson est venu sauter tout près de la ligne à pêche. Aline l'a vue, il s'agissait d'un énorme thon qui est venu faire un gros splash juste en arrière du bateau. Il était tellement gros qu'elle à dit: "Ho non, jespère qu'il ne va pas mordre à mon hameçon celui-là!". Pour qu'Aline dise ça, il fallait qu'il soit vraiment gros! C'est surtout qu'on aurait pas eu de place pour lui dans le frigo.
Entre temps, on espère toujours prendre une dorade bientôt!

Salutations!
Aline et Luc

samedi 18 mars 2017

Traversée vers les Marquises (jour 8)

Nous sommes voiles en ciseaux depuis hier soir. Une belle vitesse qui variait entre 6 et 7 noeuds jusqu'à cet après-midi. Maintenant, le vent a diminué et nous ne faisons plus que 5 noeuds. Notre cap nous fera passer à 10 milles au Nord de l'île Darwin aux Galapagos. Je ne sais pas si on pourra la voir! En tout cas, c'est certain qu'on regardera avec les jumelles!

Heure: 14h15
Position: 01 54,37N, 091 23,62W
Cap vrai: 272
Vitesse: 5 noeuds
Vent apparent: 6.2 noeuds
Distance parcourue les 24 dernières heures: 142 milles

À 11h30 ce matin, à vol d'oiseau, on était à la même distance de l'île aux Coudres au Québec que de l'île de Hiva Oa dans les Marquises, soit 2945 milles nautique. À si on était des oiseaux!

Aujourd'hui on a changé l'heure pour la première fois dans cette traversée. Il y en aura plusieurs autres. Il est maintenant 8h00 sur Océana quand il est 10h00 au Québec. C'est fou le nombre d'appareils qu'on a qui donnent l'heure; Le lecteur de carte, l'ordinateur, les deux tablettes l'horloge au mur, nos montres, le thermomètre et la VHF, mais celle-ci je la garde toujours à l'heure UTC. Comme ça c'est plus facile de s'y retrouver avec les différents fuseaux horaires.

Ce matin Aline a cuisiné les dernières bananes que nous avions. Elle a fait des Muffins bananes et raisins ainsi que des biscuits bananes et gruau. On a du dessert pour quelques jours. Nos bananes, que nous avions achetées vertes au départ du Panama, sont devenues mûres plus vite qu'on aurait aimé.


Salutations!
Aline et Luc

vendredi 17 mars 2017

Traversée vers les Marquises (jour 7)

Depuis 10h00 ce matin notre vitesse en a pris un coup. On faisait une belle moyenne de 6.5 noeuds, mais le vent nous a abandonné et nous ne faisons plus que 4 noeuds. On faisait même du gros 3 noeuds sur l'heure du midi! Mais, je me répète, c'est pas grave, on va dans la bonne direction et c'est le confort total.


Heure: 14h45
Position: 02 00,77N, 088 57,78W
Cap vrai: 245
Vitesse: 4 noeuds
Vent apparent: 7 noeuds
Distance parcourue les 24 dernières heures: 135 milles

En soirée hier, à la brunante je vois un oiseau qui tourne autour du bateau. Il cherche à se poser. À sa place je ferais pareil, on est à plusieurs centaine de milles de toute terre. Donc, il passe et repasse autour du bateau. C'est un gros oiseau de mer de la taille d'un bon gros goéland de chez nous. Après plusieurs essai d'atterrissage, je le vois arriver par l'arrière et je me dis: Ho non,l'éolienne! Au même moment, plouf il tombe à l'eau derrière le bateau. Il vient de se faire frapper par les pales de notre éolienne qui est sur l'arche. Il est dans l'eau et flotte pendant qu'on s'éloigne. Lorsqu'on est à une cinquantaine de pieds de lui, il s'envole. Plus de peur que de mal semble t'il! Et surtout, pas de dommage à l'éolienne! Je ne sais pas pourquoi, il n'a plus fait d'essai d'atterrissage par la suite! J'ose espérer que ce n'est pas le même oiseau qui a frappé la canne à pêche d'Aline avant hier!

On espérait avoir du poisson sur la table pour le souper ce soir, mais ça ne regarde pas bien. Normalement pour prendre du poisson à la traîne, comme de la dorade ou du thon ça prend une vitesse d'au moins 5 noeuds. On ne va pas assez vite! À moins qu'on accélère, il y aura probablement une lasagne au menu ce soir.

Salutations!
Aline et Luc